A propos

Les commerçants et indépendants de Lasne

A Lasne, le client prime !

Lasne offre un choix insoupçonné de magasins et d’entreprises de services : 300 commerces accueillent avec convivialité les clients de l’entité, mais également des communes voisines.

L’image de marque du commerce à Lasne, c’est avant tout la qualité que seuls des professionnels spécialisés et amoureux de leur métier peuvent garantir.

Quoi de plus agréable que de faire ses courses ou d’assouvir sa faim dans un cadre verdoyant, décontracté, offrant des parkings aisés gratuits, que ce soit au centre de Lasne, dans divers quartiers d’Ohain, à Plancenoit, Maransart ou Couture-Saint-Germain !

Un peu d’histoire ….

Lasne, une terre où il fait bon vivre.

Lasne est située au cœur du Brabant wallon. Commune semi-rurale, elle couvre 4.721 hectares et compte plus de 17.000 habitants à ce jour.

Si le grand Lasne a pris le nom de Lasne au moment de la fusion des communes au 1er janvier 1977, c’est bien en hommage à la charmante et bruissante rivière qui porte ce nom et qui serpente, heureuse et loquace, à travers les 5 anciens villages : Couture-Saint-Germain , Lasne-Chapelle-Saint-Lambert, Maransart, Ohain et Plancenoit.

La commune de Lasne est jumelée avec Azay-le-Rideau, en Indre et Loire (France) et Abbeville, en Louisiane (USA).

 

Il existe à Lasne, un coin qui n’appartient à personne, sinon à toute la population, un coin qui n’a pas de nom propre sinon une appellation universelle que l’on retrouve partout ailleurs, mais qui n’a pas son pareil tant, ici, il est fait de charme, et où choisirent de s’éterniser quelques grands hommes qui vécurent à Lasne.

Cet endroit, c’est la place communale d’Ohain, unique en son genre. Une des plus belles places du Brabant wallon, joyau niché au centre du village, entouré de petites maisons du passé et bien ombragé.

Son charme attira de nombreux artistes, peintres, écrivains ou musiciens qui séjournèrent à Ohain et puisèrent probablement sur cette place une part de leur inspiration.

La fontaine Mascart, le kiosque à musique et les bancs de pierre dédiés à Charles Plisnier, Edmond Vandercammen, Albert Ghislain et Robert Goffin font de cette place une des plus belles cartes postales de la commune.

C’est à Couture-Saint-Germain que l’on peut admirer les vestiges de l’ancienne abbaye cistercienne d’Aywiers dont nous retiendrons surtout qu’elle abrita Sainte Lutgarde durant 30 ans. Depuis 1896, de nombreux pélerinages sont organisés en son honneur, et son rayonnement se propagea dans toute la Belgique et dans toute l’Europe. 66 % du territoire de la commune est constitué de zone rurale dont 60 % de zone agricole, le reste étant fait de zones forestières et d’espaces verts.

Malgré la pression immobilière très forte, nous trouvons de nombreuses fermes, dont la superbe ferme de la Kelle surplombant la vallée de la Lasne, dont l’origine remonte au XVe siècle, mais dont les bâtiments actuels datent des XVIIIe et XIXe siècles.

L’église d’Ohain est l’édifice religieux le plus prestigieux de la commune.

Elle fut érigée vers l’an 1200. Malgré les transformations, les dégradations dont elle fut l’objet, sa base est restée et cette tour qui la fit souvent désigner comme tour sarrasine, constitue sa principale originalité. C’est dans les années 1760 qu’elle fut reconstruite dans la forme que nous lui connaissons.

Bien que l’histoire n’a retenu que le nom de Waterloo, la bataille du 18 juin 1815 se passa en grande partie sur le territoire de Plancenoit. ‘ La Belle Alliance’ ( actuellement ‘Le Rétro’) était un cabaret où, à la nuit tombante, vainqueurs et poursuivants des restes de l’armée française, Wellington et Blücher se sont rejoints.

En 1861, Victor Hugo foula la terre de nos campagnes pour son livre ‘Les Misérables’ et vint également jusqu’à la place communale d’Ohain.

Pour plus d’informations, visitez le site officiel de la commune de Lasne.